ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Journal Africain d'Hépato-Gastroentérologie

1954-3204
 

 ARTICLE VOL 11/2 - 2017  - pp.46-46  - doi:10.1007/s12157-017-0736-2
TITRE
Éditorial : L’hépatogastroentérologue africain en souffrance. Des frustrations à corriger !

RÉSUMÉ

La frustration est de mise en Afrique subsaharienne parmi les spécialistes d’hépatogastroentérologie. La discipline progresse à pas de géants. Les examens paracliniques indispensables à la bonne prise en charge des patients sont souvent inexistants, voire défaillants pendant de longs mois par défaut de maintenance biomédicale de qualité.

Les formations initiale et continue sont de qualité et mettent théoriquement les jeunes spécialistes au même niveau de connaissances que leurs collègues des pays occidentaux, mais dès qu’ils reviennent sur leur lieu d’exercice, la plupart sont contraints d’ignorer les avancées technologiques non disponibles. Il leur faut donc pratiquer cette spécialité avec les incertitudes et les suppositions qui étaient monnaie courante il y a 30 ans. Les quelques patients favorisés pécuniairement peuvent parfois bénéficier d’appareils d’endoscopie ou d’imagerie médicale installés dans le privé ou voyager pour effectuer un bilan diagnostique.

Parfois, des centres d’explorations sont installés dans le secteur public, mais la sophistication des matériels et leur fragilité rendent très aléatoires leur pérennité et la possibilité d’effectuer des bilans complets. Les colonnes de vidéoendoscopie parfois surutilisées sont fréquemment défaillantes. Scanners et IRM sont réalisés de manière très irrégulière, car les appareils sont souvent en panne dans des conditions environnementales parfois défavorables et installés dans des villes où le technicien compétent n’existe pas ou ne vient qu’épisodiquement.

Il est urgent pour notre spécialité que l’Afrique subsaharienne se dote de centres de maintenance biomédicale de qualité et que soient formés dans des instituts fiables : ingénieurs et techniciens biomédicaux. C’est un préalable indispensable au développement de centres d’explorations paracliniques de qualité dans les villes du continent africain.

Les priorités de santé publique doivent être réévaluées avec un plan de développement ne mettant pas la « charrue avant les bœufs ».

La perte de chance pour les patients est trop importante. Organisation, compétence et conscience professionnelle devraient venir à bout de ce problème, car chacun sait que les causes de ces dysfonctionnements majeurs ne sont le plus souvent pas financières.

En hépatologie, l’accès à l’imagerie médicale moderne, mais aussi au diagnostic microbiologique et virologique doivent constituer des avancées nécessaires pour juguler le fléau des hépatites virales chroniques et leur corollaire oncologique. L’inaccessibilité des traitements antiviraux dans beaucoup de régions doit être évoquée en haut lieu politique comme une faille et une perte de chance pour les patients. La généralisation de la vaccination contre le virus de l’hépatite B est une priorité éthique.

Les jeunes gastroentérologues africains doivent se faire entendre des autorités de leurs pays pour pouvoir exercer de manière satisfaisante dans le secteur public !



AUTEUR(S)
F. KLOTZ

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (78 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier