ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Journal Africain d'Hépato-Gastroentérologie

1954-3204
 

 ARTICLE VOL 10/3 - 2016  - pp.109-109  - doi:10.1007/s12157-016-0681-5
TITRE
Éditorial : KISS ou l’éloge de la simplicité

RÉSUMÉ

Keep it simple stupid (KISS), c’est-à-dire « Garde ça simple, idiot », est un conseil répandu dans le monde anglo-saxon. Il est d’application en médecine.

Notre pratique médicale repose sur fond d’attitudes transmises par nos maîtres et que nous pouvons difficilement justifier, car beaucoup n’ont pas été évaluées, datant d’une époque « préscientifique », c’est-à-dire avant les essais en double insu.

La littérature médicale nous offre beaucoup d’exemples de « simplicité », en tout cas de simplification.

La pancréatite aiguë en est un exemple. Il y a longtemps (dans les années 1970), il était d’usage dans toutes les pancréatites aiguës de mettre une sonde nasogastrique, de donner des antisécrétoires gastriques et des antibiotiques. Après évaluation moderne, tout cela a disparu, s’est simplifié. La sonde gastrique ne s’utilise plus qu’en cas de vomissements répétés ou d’iléus. Les antisécrétoires, qu’ils soient inhibiteurs de l’acidité ou des différentes sécrétions (somatostatine), n’ont plus de place. Les antibiotiques ne s’utilisent plus qu’en cas d’infection démontrée. Et le traitement le plus efficace est facile (et prouvé), c’est de perfuser de façon importante le patient à l’aide de sérum physiologique.

La sonde gastrique est également supprimée dans certains cas de chirurgie colorectale, sous cœlioscopie (RRAC — récupération rapide après chirurgie — fast-track surgery), où le patient peut encore manger quelques heures avant la chirurgie et déjà remanger le jour de la chirurgie cœlioscopique, permettant une récupération très rapide et un séjour hospitalier très court. Il s’agit de patients sélectionnés, sans comorbidité, mais quel changement quand même !

Autre exemple de mesure simple et efficace : dans les hémorragies digestives liées à une rupture de varices œsophagiennes, l’administration d’antibiotiques dès l’admission réduit la mortalité de près de 10 % ! Voilà qui est à la portée de tous, en l’absence de thérapeutique endoscopique (ligatures).

D’autres pathologies digestives ont fait l’objet de mises en cause (simplificatrices) récentes : la diverticulite aiguë et l’appendicite aiguë. Dans la diverticulite aiguë non compliquée, les antibiotiques ne sont pas indispensables (pour autant que le patient soit surveillé de près). Dans l’appendicite aiguë, la seule prise d’antibiotiques peut être un traitement suffisant. Ces données, surprenantes, ont fait l’objet d’essais contrôlés et figurent déjà dans les recommandations (guidelines — fils-guides) de sociétés scientifiques (américaines entre autres).

Si les espoirs ou les découvertes thérapeutiques médicales font la une des grands journaux (médicaux), il est rare que les données nouvelles qui simplifient le traitement médical fassent l’objet d’une large diffusion.

Alors, un conseil : KISS.



AUTEUR(S)
J.-C. DEBONGNIE

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (82 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier