ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Journal Africain d'Hépato-Gastroentérologie

1954-3204
 

 ARTICLE VOL 1/1 - 2007  - pp.38-50  - doi:10.1007/s12157-007-0015-8
TITRE
Co-infection avec les hépatites virales

TITLE
Viral hepatitis and HIV coinfection

RÉSUMÉ

Les infections par le VHC et le VHB sont fréquentes chez les patients infectés par le VIH. Ce sont des facteurs importants de co-morbidité et de mortalité chez les personnes infectées par le VIH. Il ne semble pas y avoir de retentissement de l’infection VHC ou de l’infection VHB sur l’évolution de la maladie VIH. Á l’inverse, l’infection par le VIH augmente la charge virale VHC et VHB, et augmente le passage à la chronicité pour les deux hépatites. Elle augmente aussi le risque de transmission maternofoetal et sexuelle pour l’hépatite C. L’infection par le VIH aggrave le pronostic des hépatites B et C avec une progression plus rapide de la fibrose, un risque de cirrhose plus élevé. Par ailleurs les patients co-infectés ont plus souvent des co-facteurs d’aggravation de la fibrose comme une stéatose ou une consommation excessive d’alcool. Toute personne infectée par le VIH doit bénéficier d’une recherche régulière du VHC et du VHB. Celle-ci doit s’accompagner d’une recherche de l’ARN du VHC et de l’ADN du VHB par les tests les plus sensibles. L’évaluation de l’atteinte hépatique repose sur la PBH mais aussi sur les techniques non invasives de fibrose. Les hépatites C et B augmentent l’hépatotoxicité des antirétroviraux. L’instauration d’une multithérapie antirétrovirale a le plus souvent un effet bénéfique sur l’évolution de la maladie VHC ou VHB. En cas de traitement du VHC par bithérapie pégylée, il faut proscrire l’utilisation de didanosine, de stavudine et à un moindre niveau de zidovudine dans la thérapie VIH. Le traitement de l’hépatite C repose sur une bithérapie pégylée. La réponse virologique prolongée est moins bonne que dans la monoinfection et tous les efforts doivent être réalisés pour maintenir une posologie optimale de traitement. Le traitement de l’hépatite B repose sur l’utilisation d’analogues nucléosidiques ou nucléotidiques dont le choix dépend de la nécessité de traiter ou pas le VIH. En cas de cirrhose décompensée la transplantation hépatique est possible. Enfin la prévention des hépatites par la vaccination contre le VHB et contre le VHA doit être largement proposée chez les patients infectés par le VIH.



ABSTRACT

k]HBV and HCV infections are frequent in HIV patients and often contribute significantly to mortality and morbidity. There is no evidence that either HCV or HBV affects HIV disease progression. By contrast, HIV increases HBV and HCV viral replication and leads to higher chronicity rates. It also increases mother-to-child and sexual HCV transmission. HIV speeds the course of HCV and HBV liver disease progression, resulting in accelerated liver fibrosis progression and increased rates of liver decompensation, cirrhosis and hepatocellular carcinoma. Coinfected patients are more likely to have other fibrosis cofactors, such as high alcohol consumption and steatosis. All HIV-infected patients should undergo regular screening for HCV and HBV, using a real-time PCR detection system for HCV RNA and HBV DNA, when possible. Liver damage should be evaluated using liver biopsy or noninvasive methods, such as serum fibrosis marker assays and tissue elastography. HBV and HCV increase HIV drug toxicity. Antiretroviral therapy (ART) has a positive effect on HCV and HBV disease. Didanosine, stavudine and zidovudine should be avoided in HIV treatment in the case of HCV combination therapy with pegylated interferon and ribavirin. Sustained virological response (SVR) is lower in coinfected patients compared with monoinfected patients. Every effort, however, should be made to maintain high-dose therapy, which results in improved SVR. HBV treatment is mainly based on nucleoside/nucleotide analogues. Liver transplantation can be performed in coinfected patients with decompensated cirrhosis. Hepatitis prevention by vaccination against HBV and HAV should be widely considered in the care of HIV-infected patients.



AUTEUR(S)
M. BOURLIÈRE, H. FONTAINE, Y. YAZDANPANAH, L. PIROTH, Y. BENHAMOU

MOTS-CLÉS
VHB, VHC, VIH, Fibrose, Cirrhose, Traitement, Vaccination

KEYWORDS
HBV, HCV, HIV, Fibrosis, Cirrhosis, Treatment, Vaccination

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (211 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier